Le projet Anyoji-Beltrando
Le projet Beltrando

Quels aspects du projet Anyoji-Beltrando trouvez-vous intéressants ? Qu'aimeriez-vous améliorer ?

Le projet Anyoji-Beltrando propose un nouveau regard sur le site en mettant à profit la richesse de l'ancien hôpital : ses ambiances, sa collection d'architectures, sa trame d'allées, ses façades sur l'avenue Denfert-Rochereau...

Cliquez ici pour en savoir plus sur le projet.

Ajouter ma contribution
  • Contribution de Frédéric Boitard

    11 Décembre 2015 - 20h00
    Je pense qu'il faudrait améliorer et diversifier les espaces publics ou communs. L'entrée véhicules qui sera l'entrée principale n'est pas assez valorisée par un espace publc de qualité qui pourrait, en s'articulant avec la conservation de la lingerie, mener à l'espace planté central. C'est cette articulation qui pourrait apporter un plus au projet.
    FL
    Compte tenu du choix de placer les immeubles de grande hauteur en coeur d'Ilot, il semble étonnant que l'élévation du bâtiment Lelong soit envisagée. Il serait préférable de conserver la hauteur actuelle de ce bâtiment afin de préserver la perspective actuelle côté rue Boissonade. Par ailleurs, serait il possible de remplacer le projet de sortie ( circulation douce) sur la rue Boissonade par un mur végétalisé. Cela permetrait de conserver l'atmosphère actuelle de cette rue d'artistes.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    7 + 0 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de Leo Pischner

    14 Décembre 2015 - 16h05
    La réutilisation des bâtiments de l'hôpital me semble pertinente aussi bien d'un point de vue écologique que d'un point de vue d'habitant : les bâtiments plus anciens offrent souvent des espaces bien plus confortables que les immeubles neufs. Leurs matériaux et leurs volumes sont de plus grande qualité. Est-ce que ce projet peut être l'occasion de proposer des logements plus confortables que ceux décrits par les normes ?
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    2 + 1 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de FL

    06 Janvier 2016 - 18h18
    L'élévation du bâtiment Lelong (2 étages) est incohérente au regard de l'engagement visant à concentrer les immeubles de grande hauteur en coeur d'Ilôt. La surélévation de ce bâtiment risque de remettre en question la perspective côté rue Boissonade où les immeubles sont de moindre hauteur. L'harmonie du quartier serait alors menacée. N'est-il pas possible de revoir ce point ? Par ailleurs, le projet de sortie (circulation douce) sur la rue Boissonade pourrait être remplacé par un mur végétalisé. Cela permetrait de conserver l'atmosphère et l'harmonie actuelle de cette rue bien connue pour ses ateliers d'artistes. En vous remerciant la prise en compte de ces éléments.
    Bonjour, La surélévation du bâtiment Lelong était une proposition de l'étude de capacité réalisée par l'atelier Xavier Lauzeral. Elle permet de conserver ce bâtiment tout en créant la surface de logements exigée dans le programme. Cette surélévation respecte les limites de hauteur fixées par le Plan Local d'Urbanisme de Paris. Un porche offrant un accès pour les piétons et cyclistes sur la rue Boissonade permettra d'ouvrir le site de Saint-Vincent-de-Paul vers le reste du quartier. Cette ouverture aux piétons et cyclistes est une proposition issue de la première phase de la concertation, à laquelle ont aussi participé des habitants de la rue Boissonade. Cordialement, L'équipe de la concertation
    Je suis d'accord avec votre contribution. De plus l'immeuble a des caractéristiques propres (construction en béton précontraint) dont l'impact n'a pas été évalué sur la surévaluation (cf. M. Beltrando). Je ne suis pas sûr que s'obliger à conserver ce bâtiement qui n'a pas de caractère particulier soit une bonne chos ni au niveau aménagement du quartier, ni au niveau de l'agrément des habitation ni au niveau économique.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    15 + 1 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de ar_ip

    10 Mars 2016 - 12h16
    Bonjour, Je souhaite aborder plusieurs points. 1. Conservation de la lingerie comme espace d'accueil et point d'entrée sur le site. Architecture industrielle et espace central. Convivialité, lieu de réunion, salle commune. 2. Équipement public : - Installation d'un mur d'escalade en sous sol (exemple : Gymnase Millat, 14e) pour la création d'un nouveau club. - Implantation d'une piscine / plongée ? - Transformation de la cheminée en tour d'escalade ? 3. Fondation cartier : échange de bons procédés. Si ouverture du site, elle doit se faire dans les deux sens : proposition d'activités pour les gens du quartier. Cordialement.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    1 + 11 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de l2laf

    21 Mars 2016 - 09h36
    Je note avec intérêt que le bâtiment Pinard est conservé. Ses façades en briques forment un ensemble très représentatif de son époque et ce serait une erreur fatale de ne pas le conserver. A ce stade, je ne vois pas bien comment la fondation Cartier pourrait cohabiter harmonieusement dans le bâtiment Lelong
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    2 + 16 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de PPJ-coopsvp

    07 Avril 2016 - 14h17
    Eco-quartier Saint-Vincent-de-Paul. Quartier ouvert. Quartier traversé. 11 - Liaison avec, et intégration dans, le quartier Les éco-quartiers sont parfois vécus et perçus comme des ilots à part, tant par leurs habitants que par leurs voisins. L'éco-quartier se caractérise pourtant par sa dimension sociale, par un vivre ensemble différent. Qualité de la vie sociale, générosité des espaces libres et plantés, animation apportée par les activités et les équipements. Les associations présentes sur le site ont un rôle actif à jouer dans la diversification des activités et la mixité sociale. L'îlot SVP est aujourd'hui un « enclos », enclos "protégé" de l'avenue Denfert par les bâtiments anciens. Ouvrir l'ilot à la ville, casser le caractère d'enclos, permet de donner envie d’y rentrer, et signifie aussi lui donner le caractère d'îlot "traversé", à l'inverse d'une circulation des piétons et cyclistes en "cul de sac" ou en "raquette" qui sécurise, privatise mais enferme. Un passage sous-porche ou sur toute hauteur, rue Boissonade, inciterait à traverser le nouveau quartier. De ce point de vue, il serait intéressant également d'ouvrir un second accès depuis la rue Boissonade le long de l'immeuble en " fer à repasser" qui appartient à la Ville de Paris. L'avenue Denfert est aujourd'hui peu fréquentée par les piétons, souvent vide. Donner une visibilité depuis la ville et vers l'intérieur du futur projet palliera le risque d'enfermement. Pour ouvrir l’éco-quartier sur les personnes extérieures, il faudrait bien en voir le cœur depuis l'avenue Denfert, au travers et à côté des bâtiments anciens et protégés, le grand jardin central qui aura la fonction de place publique végétalisée, de cœur du quartier, avec ses commerces, ses équipements et lieux associatifs. Association Coop-SVP, pour un habitat participatif (1)
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    5 + 1 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de PPJ-coopsvp

    07 Avril 2016 - 14h19
    12 - La place de la voiture : La circulation véhicule a été limitée en périphérie de l'îlot, avec une vitesse de circulation limitée et l’absence de bordures de trottoirs (les voiries partagées ou zones de rencontre) : le piéton et le promeneur restent prioritaires. Seront ajoutées des antennes pour desservir les commerces, ainsi qu'une voirie pour commerçants, pompiers, ambulances, personnes à mobilité réduite. Lors des réunions de concertation en décembre dernier, des inquiétudes se sont exprimées sur la place dévolue au stationnement des véhicules des futurs logements de l'opération. L’absence de places de stationnement permanent dans l’îlot est une bonne chose pour la qualité des espaces publics. Mais des précisions seraient utiles sur le nombre de places en ouvrage pour les habitants de l’éco-quartier. Dans un quartier sans voitures ou avec peu de voitures, des systèmes de substitution sont indispensables. Une réflexion est à engager, pour déboucher par des préconisations dans le futur cahier de charges. Par exemple : Faciliter l'accès aux commerces, par exemple avec un système spécifique de vélos avec carriole de transport de colis (à la danoise), entre le parking et les voiries sans voitures, dans le sens livraisons ou le sens achats. Prévoir des garages et parkings à vélo à proximité des services et des halls d'accès et non pas dans les parkings auto ! De même pour les locaux à poussettes et la prise en compte des déplacements dans l'espace public (handicapés, poussettes, piétons, personnes âgées et enfants). association Coop-SVP (2)
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    8 + 5 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de PPJ-coopsvp

    07 Avril 2016 - 14h38
    Habitats. Activités - L'équilibre entre habitat et activités fait partie de la concertation en cours. CoopSVP note la place cruciale des activités / commerces pour faire vivre le quartier le jour, pour donner envie d'y venir. Quelles activités ou quels commerces viendront, reste une question ouverte, et ne peut être défini à ce stade. Un cahier de charges / charte d'usage définissant les priorités de la ville, pour encadrer les candidatures de commerce et définir leur place dans la vie de l'écoquartier et du quartier large est-il prévu ? Les artisans, certains commerçants, les coopératives et associations de l’économie sociale et solidaire, certaines professions intellectuelles et culturelles mêmes, ont des difficultés à trouver des locaux d’activités en raison du coût des baux commerciaux. Sur le même principe que l’habitat à loyer modéré, il devrait être mis en place dans l’écoquartier un système de « locaux à loyer modéré » CoopSVP a mené des réflexions sur la présence d'habitat pour des publics spécifiques : résidences sociales pour travailleurs immigrés, demandeurs d'asile. Elle souhaite une reprise des hébergements actuels d'Aurore. Il serait bien aussi que les associations qui sont en occupation temporaire, comme les Petits Débrouillards, Alliance Sciences Société et les autres, puissent rester dans le quartier si elles le souhaitent S'agissant des nouveaux immeubles et de la hauteur des bâtiments, la question n'est pas simplement la hauteur, mais les espaces libres et/ou paysagés qu'ils définissent. Les îlots prévus aujourd'hui sont des îlots à cour "classiques" définissant un espace public assez contraint. Monter en hauteur, c'est dégager potentiellement des espaces publics prenant en compte les orientations, l'ensoleillement, les vues, etc. Il ne faut pas s’interdire d’utiliser en ce sens toutes les possibilités du PLU, notamment pour les hauteurs.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    6 + 0 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de PPJ-coopsvp

    07 Avril 2016 - 15h00
    Habitat participatif et coopératif – L’association CoopSVP a pour objet même de défendre la présence d’une part significative d’habitat participatif dans le futur écoquartier. Elle porte le projet d’une coopérative d’habitants, pour 90 logements, avec principalement de l’habitat social. Elle demande que l’existence d’un habitat participatif soit inscrit explicitement dans les différents cahiers de charges de l’écoquartier. L'habitat participatif et coopératif est un des moyens les plus efficaces pour que les habitants reprennent le contrôle de leur habitat contre la spéculation immobilière, pour développer la citoyenneté et la solidarité. C'est le sens des contributions que CoopSVP a déposées sur ce site : pour un écoquartier ouvert, socialement, culturellement et « spatialement », pour un écoquartier qui se projette dans 20 ans avec de vraies innovations écologiques, dans une dynamique citoyenne et sociale telle que celle qui se déploie aujourd'hui sur le site avec les Grands Voisins. Au-delà des contributions faites, CoopSVP tient à insister sur la faiblesse de la dimension culturelle au stade actuel du projet. La Fondation Cartier ne répond pas à elle seule aux demandes / pratiques culturelles des habitants du futur éco-quartier (comme de ses voisins) CoopSVP propose la programmation d'un lieu culturel fort, qui soit aussi un des moyens d’identifier le quartier. CoopSVP estime nécessaire une « étude culturelle » sur ce qu'il est souhaitable / possible en fonction des publics proches et lointains ; sur les moyens de faciliter l’essaimage de lieux culturels de moindre ampleur, souples, polyvalents, pour le théâtre, la danse, les musiques actuelles, le cinéma, les expositions, etc.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    15 + 0 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de JBM

    03 Mai 2016 - 10h37
    Le programme de la ZAC prévoit un équipement sportif qui reste à définir. Dans ce cadre, il est proposer de s'orienter vers la construction de terrains de tennis (si possible couvert) dans la mesure où le quartier est peu équipé en la matière. Ce projet sportif répondrait à une attente très forte des riverains et habitants du quartier Raspail-Denfert.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    1 + 4 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de Rapha Elle

    22 Mai 2016 - 22h26
    Je vois que sur le projet l'équipement est en fond de site, tout proche de la rue boissonade. ne serait il pas possible d'ouvrir d'avantage sur le quartier en ouvrant une liaison vers les autres projets de logements?
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    2 + 1 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de Rapha Elle

    22 Mai 2016 - 22h31
    Lors de la concertation, les habitants ont souhaité un grand nombre de locaux destinés aux futurs habitants et aux habitants du quartier, salle de coworking, ressourcerie, café associatif, lieu d'échange, salle de réunion, jardin partagé, lieu de solidarité, bibliothèque. A quel moment ces lieux seront ils déterminés, et dans quelle proportion? il y a de vraies attentes en ce sens, et la configuration actuelle, même provisoire est LA preuve d'un besoin nouveau pour toute la population.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    3 + 11 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de Christine1

    23 Mai 2016 - 15h53
    Les habitants historiques, voisins du site depuis des décennies, sont très sensibles et approuvent la réalisation d'un Eco quartier, même si la définition reste très floue. Pour moi, un Eco quartier est respectueux de l'environnement, et notamment de l'environnement dans lequel il vient s'insérer : il y a une dizaine de jardins privés qui sont mitoyens du site de SVP, et je souhaite bien vivement qu'ils soient respectés, pour les plantes, les oiseaux, les animaux qu'ils abritent. Je demande qu'une étude soit faite sur la façon dont la liaison écologique et climatique va être faite avec ces jardins, vues, et notamment quel impact les immeubles de grande hauteur projetés vont avoir sur ces jardins ? La concertation, à ce jour, n'a pas permis de savoir comment la Ville passe de 40 000m2 auparavant utilisés par l'hôpital SVP , 2étages de sous sols compris , à 60 0000m2 construits,sans tenir compte des sous sols, en agrandissant les espaces verts et respectant le PLU, respectant les transitions avec les immeubles de faible hauteur, ateliers d'artistes, maisons du début du XXéme siècle, situés entre les numéros 21 et 49 de la rue Boissonade, et respectant tous les jardins situés en périphérie du site. Je suggère que l'immeuble qui va être détruit à l'endroit du passage vers la rue Boissonade soit remplacé par une transition douce entre le site et les ateliers et jardins de la rue Boissonade, et que les immeubles de grande hauteur soient exclusivement concentrés sur le centre du site, comme prévu au départ. L'immeuble Lelong ,situé en périphérie du site, ne devrait pas être plus haut qu'actuellement. a contraire de ce qui a été récemment proposé par la Ville, et pour que le site soit mieux inséré dans le quartier, il me semble nécessaire de détruire la partie de l'immeuble Lelong qui aujourd'hui surplombe de façon inesthétique la circulation "douce" prévue autour du site.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    2 + 15 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de iryv

    31 Mai 2016 - 20h25
    Prévoir des emplacements de parking en surface ou en sous-sol (sous le jardin central ?) les voies extérieures (boulevard Raspail, avenue Denfert-Rochereau, rue Boisonnade) ne pouvant déjà accueillir que très peu de stationnements. La règlementation rend obligatoire un certain pourcentage de place par rapport au nombre de logements pour les constructions neuves. L'installation d'un EHPAD et d'un foyer d'étudiants améliorerait grandement la mixité recherchée. Pour la conservation du caractère "Montparnasse" il serait bon que des ateliers d'artiste soient prévus.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    8 + 9 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de Chantal

    16 Septembre 2016 - 12h37
    Faites ce que vous voulez mais arrêtez de le construire avec cette architecture contemporaine en rupture avec l'architecture traditionnelle car le résultat fait immanquablement tâche et ça fait 60 ans que ça dure ... 60 ans de "modernisme" impopulaire et qui n'a pas apporté de réponse valable au vivre ensemble en société. C'est incroyable en un sens que notre société soit amnésique à ce point de ce qui faisait l'essence même de l'Architecture : son "langage" (à lire l'excelente l'analyse de l'architecte Basbous : http://tibaert.blog.lemonde.fr/karim-basbous-batir-ou-briller/ ) Le langage architectural d'aujourd'hui suit sa fuite en avant d'une pseudo modernité, ne parle plus à personne et le plus souvent se noie dans son égo. Quand on voit la médiocrité des ZAC Massena et Batignolles, des quartiers neufs et déjà mal-aimés, c'est à pleurer ! Donc, faites ce que vous voulez, mais faites-le "à l'ancienne" ! ;)
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    3 + 5 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de fmartin

    20 Septembre 2016 - 17h06
    Bonjour, Je ne comprends pas très bien le concept d'éco-quartier. Est-ce un quartier respectueux de l'environnement ? Si oui cela va de soi non pour des constructions contemporaines ? Mais là n'est pas le coeur de ma contribution. Quatre remarques d'un non spécialiste mais d'un riverain papa de 3 enfants en bas âges : - Heureusement qu'une école est prévue dans le programme sans quoi c'était ingérable, mais le problème se reporte au niveau du collège ! Les collèges du quartier sont en sureffectifs, c'est particulièrement le cas de Saint-Exupéry boulevard Arago. Comment les pouvoirs voient-ils les choses sur cet aspect ? Ce quartier allant recevoir des centaines de logements, et principalement des logements sociaux, ceux-ci accueilleront des familles, quid des enfants en âge d'aller au collège qui a priori seront très nombreux ? - le plan en raquette me semble un peu enfermant pour un quartier à vocation sociale, n'avez-vous pas peur de reproduire les erreurs des cités dortoirs non traversantes ? C'est très surprenant comme choix. - Il n'est plus fait mention d'immeubles co-conçus par leurs habitants, c'est une idée abandonnée ? - La fondation Cartier a plusieurs fois indiqué qu'elle avait besoin de pouvoir se développer et s'étendre un peu sans quoi elle réfléchirait à un départ du quartier, ce qui serait hautement dommageable au regard du faible nombre d'institutions culturelles présentes localement. Est-ce là une demande qui n'a pas trouvé grâce auprès des élus ? Bien cordialement
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    2 + 18 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
  • Contribution de Singe A.

    28 Septembre 2016 - 11h46
    Alors même que Paris est une des villes les plus denses du monde (21 347 habitants/km2!) et qu'une des caractéristiques du 14ème est sa densité relativement faible, du moins au nord de l'arrondissement, ce projet va densifier l'habitat, posant une multitude de questions : - quels collèges/écoles accueilleront ces enfants ? - quid de la saturation des transports collectifs (ligne 4, bus 68/38...) ? - zonage bureaux/logements : ne serait-il pas intéressant de prévoir quelques bureaux afin d'éviter la polarisation des bureaux à l'ouest de Paris/IDF ? Quel dommage que la Mairie n'ait pas voulu vraiment négocier avec la Fondation Cartier. Ce dogmatisme conduira sans doute au départ de cette belle institution culturelle du 14ème. Il est également regrettable que la solution de l'implantation du conservatoire du 75014 au lieu de le délocaliser dans un endroit excentré comme la Porte de Vanves. Enfin, il serait intéressant de dispose d'un skatepark, le nord de l''arrondissement en étant fort dépourvu.
    CAPTCHA
    La CAPTCHA protège Dialoguons des messages indésirables.
    1 + 0 =
    Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.

J'ajoute ma contribution

Vous devez vous connecter pour participer.